Les vêtements ont une histoire – Le Smoking

Une invention anglaise venue de la Hongrie

La veste de smoking est une invention anglaise du 16ème siècle inspirée des manteaux dit « zupan » ou « dolman » principalement de Hongrie et des « achkans » et « sherwanis » de l’Inde porter comme un gros manteau d’hiver par les monarques anglais et français.

Au cours du XVIII ème siècle ce grand manteau se raccourcit pour être plus pratique et plus confort pendant la chasse. Ce vêtement désormais appelé « justacorps » devient l’apparat préféré de Louis XIV et King Charles.

Du justacorps au smoking

Au XVIIIème siècle le costume 3 pièces dit « complet » s’exporte d’Angleterre en France, destiné aux aristocrates cherchant la dimension de confort dans les vêtements d’équitation. On peut voir alors l’association du costume avec la redingote, le gilet court et les bottes de cuir.

 Après la révolution française pendant la période de la Terreur, les hommes abandonnent les ornements, les dorures, les broderies, les rubans et les couleurs pour laisser place à la sobriété par peur de se faire guillotiner.

Les nobles conservent les formes du justacorps en remplaçant le dos par une queue de pie tandis que les révolutionnaires adoptent une veste appelée la carmagnole qui est beaucoup plus courte et complètement dénuée d’apparat. 

Rien ne change dans la mode du costume d’hommes jusqu’en 1860, les couleurs restent sombres les coupes fines, les hommes ayant trop d’intérêt pour les ornements sont considérés comme efféminés et donc moqués et humiliés.

Avant la fin du siècle, deux innovations se présentent au public : le tailleur pour femme inspiré des robes 2 pièces utilisées pour monter à cheval 2 siècles plus tôt.

Pour l’homme, le costume c’est l’invention du smoking par Henry Poole à la demande de Edouard III. Inspiré des blazers de la marine et de l’équitation, cette veste est une nouvelle étape dans le confort des habits d’hommes pendant les soirées mondaines. Elle est appelée smoking car elle est désignée comme une veste destinée au fumoir pour ne pas indisposer les invités à cause de l’odeur du cigare.

Lors d’une soirée avec l’homme d’affaire James Brown Potter, il emprunte l’idée de cette veste et la rebaptise Tuxedo (l’appellation du smoking aux Etats-Unis), comme le nom du domaine où il a découvert cet habit.

Un habit d’homme ouvert aux femmes

Définitivement devenu un emblème d’habits de grandes occasions pour les hommes, il est introduit à la femme au cinéma notamment par Marlene Dietrich, qui arbore le smoking avec un chapeau haut de forme dévoilant un style très androgyne pour l’époque mais prônant une vision féminine du vêtement.

Cette vision du smoking inspirera plus tard les créations d’Yves-Saint-Laurent, en proposant un smoking pour les femmes et non plus un costume d’homme porté par une femme.

L’image qui décrit le plus l’importance du smoking dans les années 60, c’est la photographie de Helmut Newton en noir et blanc présentant la mannequin fumant une cigarette dans les rues pluvieuses de Paris la nuit. Un signe d’indépendance mais aussi de force accaparée par la femme qui en même temps de s’accorder un élément historique du vestiaire masculin s’en accorde des droits.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest